· 

Vivre et pratiquer en HIVER selon l'approche ayurvédique

L’hiver est souvent dépeint (et vécu) comme un temps d’arrêt, blafard et silencieux où la vie semble s’être arrêtée…

Quelques mots de Paul Verlaine illustrent parfaitement cette mélancolie qui s’invite en ces temps froids. 

Dans l’interminable
Ennui de la plaine,
La neige incertaine
Luit comme du sable.

Le ciel est de cuivre
Sans lueur aucune,
On croirait voir vivre
Et mourir la lune. [...]


Comprendre ce qui est en jeu dans la Nature pendant cette saison, permet peut être de mieux la vivre. Car avouons-le, il n'est pas rare de ressentir un coup de mou, de fatigue et/ou de déprime en hiver… 

La Terre est plus proche du Soleil en hiver mais paradoxalement, c'est la période de l'année où nous recevons le moins de lumière solaire. Les journées sont courtes et les nuits plus longues. Cela est dû à l'inclinaison terrestre et sa trajectoire "en ovale". Nous recevons moins de rayons et donc moins de chaleur, l'eau ne s'évapore pas et la froide humidité s'installe pour se cristalliser parfois en neige ou en glace… 

C'est le temps du repos par excellence, la lenteur s'invite à tous les étages. Car pour tenir le coup, il faut de l'énergie ! Ce carburant vital disponible aux saisons clémentes est plus rare en hiver alors les animaux hibernent et les plantes "rentrent en terre" pour se ressourcer et se régénérer.

A une échelle différente, tous les êtres vivants suivent chaque jour ce cycle de régénération et de repos pendant le sommeil nocturne et il est vital.

Sur l'échelle annuelle, il est également fort utile à la Nature se se poser en hiver. Et nous autres humains pourrions suivre ce silencieux conseil de cette Mère éclairée…

L'ayurveda, science indienne du vivant plurimillénaire, repose sur plusieurs principes dont voici les 2 principaux :


L'être humain et tout ce qui constitue l’Univers sont faits des mêmes éléments : nous sommes un microcosme du macrocosme.

 

Le même augmente le même et l'opposé le diminue.



 Les caractéristiques de l'hiver sont :

froid

humide

venteux

lent

repos


Selon les éléments de la Nature dont nous sommes constitués à plus ou moins grande quantité, nous allons subir ou au contraire être soutenu par l'environnement extérieur.

Ainsi selon l'ayurveda, si j'ai beaucoup d'eau dans ma constitution (kapha dosha), l'hiver augmentera cette humidité en moi.

Si j'ai beaucoup d'air (vata dosha), le vent va exacerber la présence d'air dans mon corps et mon esprit. 

Les personnes chez qui le feu est prédominant (pitta dosha), ressentiront sans doute moins de chaleur et de passion en hiver.


 Petit rappel des DOSHAS (constitutions ayurvédiques)


  Les VIKRITIS (déséquilibres) d'hiver

En hiver, ce sont les doshas KAPHA et VATA qui mériteront tous nos soins et notre attention.

Ils ont tendance à s'aggraver et leurs caractéristiques s'exacerber. Cela s'exprimera à des degrés différents en fonction des particularités de la saison (plus ou moins humide, plus ou moins venteuse).

 

Lorsque KAPHA est en excès, les déséquilibres engendrés sont principalement : 

  • Lourdeur (corps et esprit) 
  • Encombrement des voies respiratoires et sphère ORL (excès de mucus, toux grasses)
  • Congestion et nausées
  • Apathie et manque d'entrain
  • Attachement et avidité
  • Oisiveté et déprime
  • Paresse et lenteur intestinale, agni (feu digestif) faible

 

Lorsque VATA est en en déséquilibre, les principales conséquences sont : 

  • Raideur et difficultés de mouvements
  • Douleurs articulaires 
  • Sens perturbés, vertiges
  • Sècheresses cutanées et respiratoires (toux sèches)
  • Confusion et éparpillement
  • Fatigue mentale et parfois maux de tête
  • Constipation et excès de gaz, agni en "montagnes russes"

  Les outils ayurvédiques pour apaiser les déséquilibres de l'hiver

 

Le saviez-vous ?

Selon votre prakriti (constitution "d'origine", à la naissance), les déséquilibres ne vont pas se manifester de la même manière (ni parfois au même endroit !). Pour être plus efficaces, les ajustements devront respecter cette prakriti. 

 

 

Vous pouvez effectuer des tests proposés dans certains ouvrages (ou en trouver sur internet) et avoir ainsi une première idée… Mais il est préférable de consulter un praticien en ayurveda à même de déterminer précisément votre prakriti pour personnaliser les réglages à opérer. 

 

 

Les conseils suivants sont donc plutôt génériques… Mais ils peuvent toutefois vous aider à apaiser ces petits maux d'hiver et réduire l'influence des excès vata et kapha. 

  • "Fous ta cagoule !" :-) Couvrez-vous la gorge, la tête et le haut du tronc pour protéger les zones kapha
  • Couvrir également les mains, les pieds et le bas du dos
  • Rechercher la chaleur, (re)sortez et usez de vos bouillottes !
  • Rythmer les activités de manière régulière 
  • Coucher tôt (22h max) 
  • Lever tôt également (7h idéal, 8h max)
  • Se gratter la langue au réveil pour retirer l'excès de matière 
  • Verre d'eau chaude à jeun le matin
  • Se laver le nez pour dégager le mucus et déposer 1 goutte d'huile ensuite dans chaque narine
  • Selon la sensibilité (notamment si vous avez du vata), se brosser le corps à sec avec un gant de crins ou une brosse de massage
  • Se masser le corps à l'huile de sésame (chaude ou à température ++) 1x par semaine
  • Se masser les pieds & mains chaque jour à l'huile de sésame (chaude ou à température ++)
  • Pratique corporelle régulière tonifiante (sans être exténuante pour vata)
  • Manger et boire chaud
  • Nourriture légère à base de légumes de saisons CUITS avec céréales (orge, millet, maïs, sarrasin, riz basmati…)
  • Éviter autant que possible le sucre et les produits laitiers (augmentent le mucus)
  • Utiliser les plantes et épices échauffantes et stimulantes (gingembre +++, poivre ++, cannelle, cardamone, clou de girofle), échauffantes et asséchantes (si temps humide et pas trop de vata ! Cumin, graines de moutarde, fenugrec, thym, romarin, origan)
  • Tisanes épicées et stimulantes, "lait d'or" : recettes bientôt en ligne ;-) 
  • Mise au repos du corps et de l'esprit (à l'image de la Nature) sans tomber dans l'excès de sommeil et les grasses mat' trop… grasses :-) 

Comme tous les ajustements, ils demandent à suivre de près vos ressentis. Faites des essais, ratez-en quelques-uns, célébrez vos petites victoires et ouvrez les écoutilles : parfois de tous petits changements opèrent de grands effets très appréciables. Ne cherchez pas à vouloir aller vite et absolument tout faire ! Lorsqu'on court, on ne voit rien, tandis qu'un pas après l'autre permet d'observer ce qui change.  


  Quelles pratiques de yoga en hiver ?

Elles suivront tout naturellement les intentions allant à l'opposé des désagréments des doshas exacerbés.

  • Produire de la chaleur
  • Stimuler et tonifier le corps 
  • Recentrer et vivifier l'esprit 
  • Amener un niveau d'énergie plus élevé et "axé"
  • Stimuler agni (le feu digestif) et apâna (faculté d'évacuation)

Kapha retrouvera sa fonction de soutien stable et bienveillant tandis que vata procurera à nouveau enthousiasme et créativité !    

On favorisera ainsi :

Les postures "d'ouverture" thoracique et celles qui permettent de déployer la poitrine et la gorge.


Les enchainements tonifiants et énergisants tels que Sûrya Namaskâr, la salutation au Soleil.


Les postures dans lesquelles rester en statique qui vont renforcer et tonifier le corps.


Les inversions pour décongestionner et alléger les jambes, pour libérer un peu les viscères et la sphère abdominale de la lourdeur.

Quelques torsions pour stimuler la digestion.


Les prânâyâmas énergisants (pléonasme !) :


Retrouvez ici une courte séquence vidéo adaptée à la saison hivernale :

 

Et bientôt, une séance complète d'hiver sera disponible dans les séances à la carte !

Vous disposerez d'une fiche visuelle et d'un support audio à écouter pour pratiquer en vous laissant guider.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0