· 

Abhyanga - Mets de l'huile !


Le mot abhyanga est constitué de 2 mots sanskrits.

 

Abhy = signifie ici "dessus" ou "en direction de" et induit la notion d'onction.

Anga = ces sont les membres, par extension tout le corps 

 

Il s'agit de s'oindre le corps d'huile, de s'automasser à l'huile.

 

La pratique se démocratise et on connait souvent le terme par le sommaire des massages proposés dans les spas. "Abhyanga" désigne alors davantage un massage d'inspiration indienne à l'huile chaude et il est prodigué par une tierce personne. 

 

Se laisser aller aux mains enveloppantes d'une masseuse ou d'un masseur est fort appréciable ! Mais se laisser aller à ses propres mains sur son propre corps l'est tout autant et développe des vertus qui dépassent le simple bien être.  

Sortir de sa tête & rencontrer son corps

Nous sommes des êtres extrêmement sensibles et nous avons tendance à l'oublier tant nos quotidiens et nos activités sont corrosifs. Pour assumer nos tâches pluridimensionnelles, nous développons notre plasticité cérébrale afin d'être au top au travail, au top à la maison, au top sur les devoirs, au top avec chéri.e... Mais à tant développer notre tête, nous en oublions le reste du corps et lui accordons de l'intérêt que lorsqu'il s'agit de le guérir, de le rendre plus svelte ou encore plus performant. Il doit répondre aux contingences du mental et se plier à nos volontés parfois contradictoires avec son propre fonctionnement naturel. Notre corps constitue l'embarcation à travers laquelle nous expérimentons tous les aspects de la vie. A travers les sens, nous nous connectons au Monde et en goûtons toutes les saveurs.      

 

Savez vous que nous possédons une Intelligence intuitive automatique reliée à l'Intelligence universelle qui rythme le Vivant et la Nature ? 

 

MAHAT est cette intelligence cosmique et BUDDHI son homologue au niveau individuel. Lorsque nous pratiquons le yoga ou la méditation, nous tâchons de nous relier à cette intelligence intuitive individuelle qui se fait l'écho en nous de l'Intelligence cosmique. 

 

Établir un contact conscient avec le corps et l'habiter de toute notre présence à l'instant est également une des manières de nous connecter à Buddhi. Et en cela, l'automassage est une pratique apportant bien plus que de l'hydratation. C'est un peu dire à notre corps : "je te reconnais comme étant sensible et unique, je te remercie de pouvoir me faire expérimenter tous les aspects de la Vie." Une façon de l'honorer, de respecter tout ce qu'il est, de reconnaitre tout ce qu'il n'est pas…

L'automassage nous permet également de nous relier au sens du toucher, lié à l'élément air, VÂYU. Ce faisant, nous renouons avec les sensations de l'organe peau (qui est le plus grand organe de tout le corps), nous nous redonnons une corpulence, nous réintégrons notre densité incarnée…

 

Concrètement, comment faire pour ne pas manquer ce RDV à soi ? 

 

Abhyanga se pratique avec de l'huile végétale bio que l'on peut chauffer (pas directement mais au bain marie, un petit service de fondue à chocolat est idéal). En fonction de votre constitution, vous pourrez choisir l'huile qui sera favorable à votre équilibre de naissance (prakriti) et/ou adapter le choix de l'huile au déséquilibre (vikriti) qui prédomine au moment du massage. Les conseils avisés d'un thérapeute ayurvédique seront alors d'une aide précieuse pour faire les bons choix de fréquence et de type d'huile. 

Cependant, vous ne prendrez aucun risque particulier à utiliser de l'huile de sésame chaude ou à température (si votre nature est déjà bien chaude) et notamment aux saisons plus fraiches comme l'automne et l'hiver. 

Installez-vous dans une pièce bien chauffée, au calme, téléphone éteint et placez une serviette éponge de bonne taille sur votre surface pour la protéger.  

Commencez par le sommet de la tête et tout le cuir chevelu. Logistiquement parlant, il n'est pas toujours évident et pratique de se huiler la tête… mais cela amène une détente mentale immédiate dont on aurait tort de se priver ! Puis suivent le visage et le cou, les épaules et les bras, le buste et la poitrine, l'abdomen, la taille et les lombaires, les hanches et les fesses, les cuisses et les genoux, les jambes et les pieds. Procédez avec des grands mouvements de va et vient pour les membres, des mouvements ronds et enveloppants pour les articulations et des mouvements circulaires de droite à gauche (sens horaire) sur l'abdomen. Je ne vous donnerai pas de conseils de méthodologie précise ici, à chacun.e de trouver son rythme, sa danse et de se laisser aller à sa propre découverte. Il s'agit de reconnecter avec son intuition et l'écoute du corps, donc laissons le mental de côté. 

L'huile va pénétrer les tissus du derme et une partie des toxines du corps vont se "fixer" aux molécules d'huile pour être ensuite évacués via le système sanguin par les intestins. Le reste des toxines "remonte" à la surface de la peau et s'évacue par la transpiration via les pores ouverts par le massage. Une fois tout le corps huilé et chouchouté, l'idéal serait de laisser poser l'huile et de vous étendre en shavâsana ou encore de vous asseoir pour méditer. Vous pouvez alors vous couvrir avec des vêtements souples et facilement lavables qui seront certes huilés mais qui pourront vous maintenir au chaud pendant ce temps de pause.

Vous pouvez également exécuter quelques postures simples de yoga (au sol pour ne pas glisser) tels que flexions avant, torsions, inversions avec supports pour favoriser les éliminations. 

 

N'hésitez pas à pratiquer apâna mudrâ avec les deux mains, la mudra de l'élimination, que vous soyez en assise ou en shavâsana. Vous pouvez vous connecter à la force vitale sur chaque inspiration qui vient nourrir tous vos tissus et à l'énergie apâna lors de vos expirations, pour stimuler l'évacuation consciente de tout ce qui doit vous quitter sur le plan physique et sur tous les autres plans. 

Je vous conseille après cela d'essuyer l'excédent d'huile avec votre serviette si besoin et d'aller ensuite vous doucher pour terminer votre rituel. Prenez une tasse d'eau chaude pour soutenir le corps à l'évacuation des toxines et vivez votre journée fort.e de la grande présence que vous avez installée en vous… 

 

Le meilleur moment pour pratiquer abhyanga ? 

 

Le matin avant la douche est idéal mais cela nécessite d'avoir une bonne plage horaire devant soi… 

Il est également possible de pratiquer en fin de journée pour se reconnecter à soi mais assurez-vous d'avoir le temps de vous poser et de vous laver après abhyanga pour ne pas vous endormir avec la pratique "inachevée", votre sommeil pourrait s'en trouver perturbé ou alourdi. 

Selon votre constitution, la saison, votre état mental et physique, votre disponibilité, vous adapterez la fréquence de vos automassages. Personnellement, j'aime alterner l'automassage des extrémités mains et pieds avec des pratiques plus longues impliquant tout le corps mais je module dans l'année en fonction des ressentis.

 

L'ouverture de vos écoutilles intérieures est primordiale, tendez l'oreille et écoutez vos signaux, la voix de BUDDHI se fera entendre 

 

Weekend yoga & ayurveda 22-24 octobre 2021

Nous y pratiquerons, entre autres, un abhyanga spécial automne où je vous guiderai pas à pas dans ce rituel de reconnexion à soi… 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Sylvie Leger-Regnier (mardi, 05 octobre 2021 08:27)

    Bravo MADAME....To stage est bien tentant ��������